Header Image

Les années de la ménopause dans la femme sont caractérisés par une réduction continuelle de la production hormonale dans les ovaires. Avec ces changements hormonales souvent apparaissent des symptômes tels que la sècheresse vaginale et des infections urogénitales.

Ménopause

Avec l'arrivée de la ménopause, divers problèmes de santé peuvent survenir chez la femme. En raison de la baisse marquée de la sécrétion hormonale par les ovaires, les menstruations (règles) deviennent irrégulières puis disparaissent complètement. L'arrêt définitif des règles, respectivement le dernier cycle menstruel naturel, est appelé ménopause. A partir de ce moment, les ovaires ne produisent plus d'œstrogènes. Par conséquent, en raison de ce manque d’estrogènes, les concentrations de FSH et de LH augmentent.

La lente décroissance de la production d'œstrogènes s'accompagne de symptômes typiques de la période péri ménopausique, tels que bouffées de chaleur, épisodes de sudation abondante, vertiges, ainsi que divers troubles psychiques et physiques. Deux à trois femmes sur trois présentent des symptômes de ménopause dès la quarantaine. La qualité de vie de ces femmes est alors significativement altérée. On peut toutefois y remédier. Tout gynécologue ou médecin généraliste est en mesure de vous conseiller le traitement le mieux adapté à votre situation. Les pharmaciens proposent également de nombreux remèdes contre les symptômes de la ménopause.

Symptômes de la ménopause

Les symptômes typiques de la ménopause, aussi connue sous le nom de climatère, sont nombreux. Typiquement, on note l'apparition de bouffées de chaleur, d'épisodes de sudation abondante ou de vertiges, mais des troubles psychiques et physiques peuvent aussi survenir. Les symptômes climatériques sont fréquemment accompagnés d'un certain degré d'irritabilité ou d'un manque d'entrain. Une baisse des capacités physiques ou la présence de troubles du sommeil peuvent ainsi se vérifies.

Effets des œstrogènes sur les organes féminins

Etant donné le rôle important joué par les œstrogènes dans les échanges cellulaires et le fonctionnement des organes, on comprend facilement que des dysfonctionnements surviennent à la ménopause en raison de leur disparition. Pendant environ 40 ans, les œstrogènes garantissent le fonctionnement optimal de l'ensemble des organes féminins comme le vagin, l'utérus, les trompes de Fallope et les glandes mammaires, en leur permettant de produire des sécrétions en abondance. Les femmes qui prennent une pilule contraceptive ont déjà fait cette observation et constaté une augmentation de leur poids corporel. L'équilibre énergétique et la composition de l'os sont également contrôlés par les œstrogènes.

La diminution des œstrogènes lors de la ménopause, et par conséquent après la ménopause, induit des modifications des organes chez la femme. Comme les œstrogènes stimulent la croissance et le stockage de l'eau dans les tissus féminins, leur diminution conduit à une atrophie, c'est-à-dire à une dégénérescence des tissus féminins. Les organes génitaux et les glandes mammaires diminuent de volume, les os deviennent moins résistants et les besoins en énergie diminuent. Par conséquent, à cette période de la vie, les femmes prennent en général du poids et voient leur risque d'ostéoporose augmenter.

Symptômes au niveau du vagin

Il n'est pas rare que les symptômes de la ménopause se manifestent au niveau des organes sexuels. La diminution des œstrogènes induit une régression de la muqueuse vaginale. La muqueuse devient plus fine, est moins bien irriguée par les vaisseaux sanguins, et est moins bien lubrifiée. En conditions normales, les cellules de la muqueuse vaginale saine produisent du sucre, lequel est transformée en acide lactique par les lactobacilles normalement présents dans le vagin. L'acide lactique assure une protection du vagin car il empêche de nombreux germes responsables de maladies d'y survivre. Cette collaboration utile entre la muqueuse vaginale et les lactobacilles disparaît avec la baisse des œstrogènes.
Ainsi, le milieu naturellement acide dans le vagin devient neutre, ce qui, associé à l'atrophie de la muqueuse vaginale, augmente le risque d'infection vaginale. La ménopause s'accompagne donc fréquemment d'une sécheresse de la muqueuse vaginale et d'une augmentation des infections vaginales.