Header Image

Les thérapies pour les symptômes de la ménopause sont différentes. Au lieu de la substitution hormonale il y a aujourd’hui plusieurs thérapies topiques, qui n’engendrent pas de risques pour les patients.

Thérapie

Il existe aujourd'hui de nombreuses possibilités de traiter les troubles liés à la ménopause. En cas de troubles sévères et de risque élevé d'ostéoporose, les œstrogènes sont toujours utilisés. Le traitement de substitution hormonale, tel qu'il est prescrit à la ménopause, vise à compenser aussi bien que possible le manque d'œstrogènes et de progestérone. Ce traitement est en principe efficace, mais il n'est pas dépourvu de risque. Ce traitement devrait être envisagé avec prudence chez les patientes qui ont par exemple un risque augmenté de cancer du sein ou qui présentent déjà des troubles de la coagulation sanguine. Le médecin traitant cherchera la solution la plus adéquate pour chaque patiente individuellement.

Formes de la thérapie avec estrogènes

Aujourd'hui, en plus des comprimés classiques, il existe d'autres formes d'application pour les œstrogènes. Souvent, les patientes choisissent, soit l'application sur la peau de patchs ou d'un gel contenant des œstrogènes, soit l'introduction d'un gel ou d'ovules contenant des œstrogènes directement dans le vagin. Bien que ces préparations pour application locale ne puissent pas être dosées aussi précisément, les œstrogènes ne doivent pas d'abord traverser le foie comme cela se produit pour les comprimés par voie orale. Par conséquent, les préparations locales ont moins d'effets indésirables.

En cas d'infection vaginale

Après la ménopause, les infections vaginales sont plus fréquentes et elles nécessitent souvent un traitement antimicrobien. Pour poser un diagnostic précis, le médecin effectuera un prélèvement (frottis) des sécrétions vaginales et les fera analyser avant de prescrire un traitement. Proportionnellement, les mycoses (infections par des champignons ou des levures) sont relativement fréquentes comparées aux autres infections vaginales. En cas d'écoulement vaginal, il est nécessaire de se faire examiner par son gynécologue ou son médecin traitant. Celui-ci prescrira alors un traitement adapté. La plupart des infections vaginales peuvent être traitées localement, c'est-à-dire que le médicament peut être appliqué directement dans le vagin sous forme de comprimés ou d'ovules vaginaux.

Traitements alternatifs en cas de symptômes du climatère

D'autres traitements sont fréquemment prescrits à la place des hormones pour lutter contre les troubles liés à la ménopause. Des médicaments à base de plantes sont volontiers utilisés car ils provoquent moins d'effets indésirables qu'une hormonothérapie. Ces médicaments d'origine végétale, sans parenté avec les hormones, n'ont pas d'effet sur l'ostéoporose mais peuvent toutefois efficacement atténuer des symptômes isolés comme les bouffées de chaleur, les épisodes de sudation ou les troubles du sommeil.

Thérapie de la sécheresse vaginale

En cas de problèmes local isolé, comme une sécheresse vaginale se manifestant par des démangeaisons, une sensation de brûlures ou des douleurs vaginales, un traitement par voie intravaginale seule est parfaitement adapté pour corriger le trouble. Les gels, les suppositoires, les solutions ou les ovules peuvent être utilisés pour soulager les symptômes de sécheresse vaginale. Toutes les formes utilisables en application intravaginale sont adaptées pour corriger les problèmes de sécheresse vaginale et sont plus ou moins pratiques à utiliser. En règle générale, ces traitements doivent être introduits profondément dans le vagin, le soir, au moyen d'un applicateur spécial. Un bon traitement intravaginal ne pas s'écouler pendant la nuit ; il doit bien adhérer à la muqueuse vaginale et ne pas l'irriter.

Recommandations de traitement en cas de sécheresse vaginale

Les recommandations1 actuelles pour le traitement de la sécheresse vaginale favorisent les applications locales, qui permettent de rendre à la muqueuse vaginale son humidité nécessaire sans toutefois provoquer les effets indésirables liés au traitement hormonal classique.

  • Les médecins devraient régulièrement rechercher les symptômes d'atrophie vaginale chez les femmes postménopausées.
  • Une activité sexuelle régulière est recommandée pour maintenir la fonction vaginale.
  • Les femmes présentant des infections urogénitales récidivantes devraient être incitées à consommer du jus de canneberge (airelle rouge) pur, plutôt que des boissons à l'arôme de canneberge, pour diminuer le risque d'infections urogénitales.
  • Les produits hydratants en application locale régulière ont les mêmes effets qu'une substitution hormonale pour traiter les symptômes locaux tels que les démangeaisons, les irritations ou les douleurs lors des relations sexuelles ; ils devraient donc être proposés aux femmes qui ne désirent pas un traitement de substitution hormonale.
  • Les femmes avec une atrophie vaginale peuvent utiliser n'importe quel traitement local contenant des œstrogènes (crème, ovule, comprimé).
  • Bien que les œstrogènes en application locale puissent être absorbés par voie systémique, il n'est pas nécessaire d'effectuer un examen de dépistage annuel au niveau de l'endomètre.
  • Les femmes ménopausées souffrant d'infections urogénitales récidivantes et qui ne présentent pas de contre-indication à une substitution hormonale devraient se voir proposer un œstrogène en application vaginale.

1Johnston SL et al. The detection and management of vaginal atrophy. SOGC. Joint Committe Clinical Practice Gynaecology and Urogynaecology. J Obstet Gynaecol Can 26(5): 503-515; 2004.